Conseils de dernière minute pour traileurs un peu stressés

Foulez le Puy Mary !

Conseils de dernière minute pour traileurs un peu stressés

1 septembre 2016 Trail des 6 Burons 2016 6

C’est bon, tout est prêt ? Vous avez étudié le profil, le terrain, les ravito, vous commencez à manger des pâtes dès aujourd’hui ? Vous comptez les jours, vous commencez à être un peu nerveux ? Comme le Trail des 6 Burons est organisé par des coureurs pour des coureurs, nous connaissons la musique, donc voici les conseils de dernière minute pour que tout se passe bien.

Nos conseils

  • Aller voir tous les jours, ou même plusieurs fois par jour (toutes les 4 heures, c’est ça, non ?), quelle sera la météo Dimanche 4 ne va AUCUNEMENT influencer les éléments. Dites vous bien que c’est la montagne, les conditions peuvent changer en 5 minutes, donc prenez deux ou trois tenues différentes pour aller de la canicule à un temps presque hivernal, et jetez un coup d’œil à la météo Samedi après-midi, ça suffira bien (ça devrait être assez chaud mais pas trop).
  • Vous allez forcément oublier un truc. Votre caleçon fétiche, le tube de votre poche à eau, le chargeur de votre montre. Rassurez-vous, à Riom-Es-Montagnes, sympathique petite ville de 2500 âmes perdue au fin fond du Cantal, il n’y aucun magasin de sport. Et quand vous vous en rendrez compte, il sera trop tard pour faire un aller retour à Clermont-Ferrand. Non, voyez ça comme un signe du destin, vous êtes dans la merde, c’est une épreuve de plus que vous allez surmonter avec brio (mais si vous flippez vraiment, laisser un message sur Facebook, on pourra peut-être aider !)
  • La veille de la course, que manger ? Pas encore de pasta party au Trail des 6 Burons, nous en sommes seulement à notre seconde édition. Vous venez pour un trail authentique et pour profiter du terroir, donc vivez l’expérience jusqu’au bout : tentez la truffade ! Les pâtes, c’est trop classique, le riz, ça ne fait pas couleur locale. Alors que notre bonne vieille truffade, ce n’est que des bonnes choses pour la course : de la bonne patate pour les glucides, entourée de bon fromage pour que ça glisse bien dans l’intestin (bon, en vrai, il vaut mieux avoir testé avant hein, déconnez pas !)
  • Détendez vous. S’il fait beau Samedi, promenez vous un peu ! Une petite visite à Salers, un des plus beaux villages de France, ça ne demande pas beaucoup de marche (c’est grand comme ma poche), et il y a plein de restos servant de la truffade. Testé et approuvé par votre serviteur et ses compagnons l’année dernière, et on a tous fait des performances de très haut vol (enfin…) ! En plus c’est le fief de la Pastourelle, cela pourrait vous donner des idées pour manger encore plus de Cantal l’année prochaine. Ou le château de Val, au bord de l’eau, terrain de jeu de l’Aquaterra ? (Comment ça on ne pense qu’à la course ?).
  • Pas la peine d’essayer d’aller au lit à 21h, vous savez très bien que vous n’allez jamais réussir à vous endormir si tôt. La bonne grosse sieste de l’après midi est votre meilleure alliée. Vous serez debout à 4h30 du matin Dimanche de toute façon, l’œil hagard, à vous demander quelle idée vous avez eu de signer pour une course aussi longue alors qu’il y a quelques années de cela, vous disiez « Courir ?? Quel sport à la con, passe moi plutôt une autre bière ».

Vocabulaire

Révisez votre vocabulaire local. Cela aidera grandement à vous intégrer et à comprendre les us et coutumes locaux.

  • La Salers, c’est la belle vache rouge avec des grandes cornes, mais c’est aussi le Cantal version ++ (car fait par des vaches nourries exclusivement à la bonne herbe), ainsi que le village à visiter (voir ci-dessus). Vous pouvez ainsi manger un pavé de Salers, accompagné d’une assiette de Salers, à Salers. Oui je sais, c’est compliqué, mais suivez un peu !
  • La Gentiane, c’est la plante avec une tête jaune dont on fait l’Avèze, et c’est aussi le nom du trail de 22km. Et non, nous n’en servirons pas aux ravitaillements, ce n’est même pas la peine d’y penser !
  • « Je suis couffle« , ça veut dire que vous avez les dents du fond qui baignent. Vous pouvez le placer sur un ravitaillement, par exemple « bon je vais arrêter de me re-servir en Saint Nectaire, sinon je vais être vraiment couffle ! ».
  • Le Puy Mary, c’est un peu notre Mont Blanc à nous, vous allez vexer un Cantalou si vous lui dites « le Puy quoi ?? Je connais pas ». Faites semblant, au minimum. Le sommet du Puy Mary, c’est quand même la plus belle vue sur les Monts du Cantal, merde ! N’en déplaise au Plomb du Cantal et autres. Même le Sancy ne rivalise pas vraiment en Auvergne. On espère juste pour vous qu’il va faire beau !
  • Le Cantal, c’est à la fois le plus beau département du monde, et le meilleur fromage du monde. Mais ça, vous le savez déjà. Sinon vous êtes éliminé de la course.
  • La Truffade, c’est le mélange de patates et de tome fraîche (du bébé Cantal un peu transformé en gros). L’Aligot, c’est pareil, mais avec les patates en purée. Le choux farci, on vous en aurait bien parlé, mais eu égard aux coureurs derrière vous pendant la course, on va éviter.
  • Le pré à vaches, c’est cette espèce de surface herbeuse parsemée de petites bosses, de cailloux et parfois défoncée par les vaches, sur laquelle on distingue tant bien que mal un vague chemin (parfois, mais le plus souvent pas vraiment), et qui fera dire à vos chevilles « Jamais plus, JAMAIIIIIS ! ».
  • Le Buron, c’est une petite maison en pierres perdue dans la montagne, qui sert à fabriquer le fromage. Il y en a 6 sur le parcours, notez les bien, il y aura une interrogation écrite à l’arrivée.
  • « Marie No« , c’est la chef, notre gourou bien aimée, qui gère d’une main de fer tout ce joyeux tintamarre. On ne dit jamais « Marie Noëlle », parce que le temps qu’on dise son prénom en entier, elle est déjà partie courir ou faire du vélo. Elle n’arrête jamais !
  • Riom-Es-Montagnes, c’est le lieu de départ des courses. A ne pas confondre avec Riom (Puy de Dôme), sinon Dimanche vous allez vous sentir un peu seul ! Réglez bien vos GPS ! Rigolez pas, c’est déjà arrivé !

 

Voilà, si avec ça vous ne réussissez pas la course, c’est à rien y comprendre !

 

6 réponses

  1. Marie-Nöelle Guimard dit :

    Et notre super Webmaster c’est François, la OLA pour François ? Ooooooolllllllaaaaaaaaa ……

    • François dit :

      Le Trail des 6 Burons, la course où les membres de l’équipe s’envoient des tonnes de fleurs AVANT la course. On a intérêt à perdre personne Dimanche les gars ! Sinon on est mal !

  2. ROBERT Frédéric dit :

    Ah que oui une OOOOOOOOLLLLLLLAAAAAA, quel talent !!!!!! Il écrit aussi quelques gros mots et « c’est pas bien ».
    Par contre je lui ai proposé de le prendre à la gare de Limoges samedi, hum j’hésite maintenant parce que comme j’apprécie nos échanges, on va donc parler, rire sans se moquer « just for fun » et si je m’épuises avant le départ alors que je m’entraîne comme un kenyan depuis 6 mois (avec des chaussures pour la forme) je vais tout juste prendre le départ et abandonner. Mais bon relever 2 défis, la course et lui, on tente quand même !!!!

    PS: comment on dit « bonjour » et « merci » en Cantalou pour notre premier contact avec les bénévoles. Meuh, je crois me souvenir

  3. yan dit :

    première année sur ce trail est déjà je suis mort de rire rien en lisant les diffèrents articles de votre site web, j’imagine (et j’espère) que cela laisse présager une bonne ambiance, sur cette édition,…..certe dans la douleur mais avec le sourire quand même !!!

    • François dit :

      Oui, c’est notre slogan, « J’aime avoir mal dans le Cantal » 😉
      On mise sur la convivialité et la proximité, c’est une petite course ! Donc on espère que l’ambiance sera simple et détendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *